samedi 28 février 2015

...

Bien que ça n'était pas mon but premier, je découvre qu'un coup décisif d'économe est aussi efficace qu'un coupe-ongles.


mercredi 25 février 2015

...

La fonctionnaire a décidé que j'allais devoir revenir une troisième fois: "Oui mais pour ce document il nous faut l'original". Donc là je suis dans le métro et je dois me trouver quelqu'un à détester arbitrairement, en silence. Comme y'a pas de musicien ce matin, ce sera toi, le Bobo devant moi. Pourquoi ? À cause de tes écouteurs géants style rétro-vintage opérateur-radio soviétique de 1965 à 299€. Tout ça pour écouter de la musique low-fi mal numérisée. Je te hais, Bobo.


lundi 23 février 2015

Cinéma d'auteur


In a world where Buzzfeed and Reddit sont devenus des sources d'information "crédibles", je pense que l'humanité est mûre pour un critique de cinéma qui ne va jamais au cinéma. Je commence donc avec Birdman d'Iñárritu. Apparemment, c'est l'histoire d'un réalisateur sérieux (lire "prétentieux") qui dénonce l'industrie hollywoodienne, mais qui accourt quand même aux Oscars pour récupérer quatre statuettes. (Spoiler alert!) Le monde découvre alors qu'Iñárritu est au fond un mec pas du tout pédant, voire sympa, qui en contrepartie d'une rémunération satisfaisante a simplement accepté le boulot ingrat d'autoflagelleur officiel de l'industrie. Ce qui permet à celle-ci d'entretenir une illusion de substance. Un peu comme quand MacDo sert une salade ou Elle met une mannequin noire en couverture. L'étiquette "film d'auteur" posée arbitrairement sur toute oeuvre légèrement cynique permet de soutenir tout un tas de petits métiers périphériques, comme celui de critique de cinéma. À la fin tout le monde est heureux et boit du champagne. Le film s'achève sur une scène dans laquelle Iñárritu rejoint ses potes Brett Ratner et Kanye West pour fumer un joint et parler de placements défiscalisés en Irlande. 4 étoiles sur 5. Mais pas trop souvent.






jeudi 19 février 2015

...

Je me demande quelle proportion de l'horoscope chinois est auto-réalisatrice. "Hum... Ce candidat a un très bon CV, mais il est né pendant l'année du mouton, alors je préfère éviter qu'il nous communique sa malchance. S'il veut du boulot, il n'a qu'à lancer sa propre boîte; avec un bon cv comme le sien, il trouvera facilement une banque suicidaire pour l'aider."


mercredi 18 février 2015

Ce que je vois



Si je comprends bien, l'indice qui me permet de savoir si je suis à la Fashion Week ou bien au Cirque Bouglione, c'est la maigreur du clown... #cequejevois #parisphoto

mardi 17 février 2015

Ce que je vois



La vitrine de cette vieille brasserie nous démontre qu'autrefois les Parisiens, comme le reste de la planète, dînaient le midi et soupaient le soir. Mais qu'à force de se la jouer aristocratique en repoussant l'heure des repas, ils ont fini par dîner à 20h. N'ayant plus de repas le matin, ils se sont rapidement retrouvés en déficit énergétique. Donc ils ont inventé le "petit-déjeuner", cette ignoble collation d'urgence constituée d'un minuscule croissant sec et d'un café court. On l'avale à la sauvette, debout dans un café anonyme. Faudrait pas que le reste de la bourgeoisie découvre qu'on manque de self-control alimentaire. Surtout dans une ville où la maigreur détermine le rang social. Donc, s'il est impossible de travailler avec des Parisiens en matinée, c'est qu'ils ont trop faim. Impossible aussi en après-midi, car ils ont trop mangé. Essayez en soirée, s'ils n'ont pas trop bu. #cequejevois #parisphoto

lundi 16 février 2015

Ce que je vois



Autre matin, autre pont. #cequejevois #parisphoto

vendredi 13 février 2015

Ce que je vois



Au Jardin du Palais Royal, ils ont enfin viré l'espèce de sarcophage géant qui obstruait la perspective. Bonheur. #cequejevois #parisphoto

mercredi 11 février 2015

...

Ma petite fille a quand même supporté la moitié de sa purée bio saveur "plâtre et carton bouilli" avant de me signifier son ras-le-bol par extraction manuelle de la susmentionnée purée de sa bouche vers mon pantalon. Tout ça fait de manière calme et avec aplomb, son regard légèrement menaçant. Je lui ai coupé une clémentine.


Ce que je vois



Le soleil commence sa journée au petit coin. #cequejevois #parisphoto